Ce site héberge une bibliothèque virtuelle de documents relatif à la pollution lumineuse et les sujets connexes.

Outils pour utilisateurs

Outils du site


securiteroute_ca

Sécurite routière

Canada :

Innovation transport - La recherche québécoise en sécurité routière - nov 2003 - 36pg


La recherche en sécurité routière a pris son véritable élan au cours des années 70 dans la plupart des pays développés, devant des bilans routiers de plus en plus catastrophiques. Les recherches alors menées ont débouché sur des normes de conception et de construction des infrastructures routières de plus en plus sécuritaires. Puis, petit à petit, cette recherche est devenue une préoccupation importante au ministère des Transports du Québec (MTQ) au début des années 80. Les travaux internes ont alors porté sur l’élaboration de guides et de normes pour la réalisation de routes plus sécuritaires dont la conception devait favoriser la sécurité des usagers. En 1988, une réflexion est amorcée pour mieux structurer les efforts de recherche. En effet, le ministère des Transports participe alors, conjointement avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et le Fonds pour la formation des chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR), à l’Action concertée de soutien à la recherche en sécurité routière. L’Action concertée de 1990 à 1996 s’est déroulée en deux cycles de trois ans, et les partenaires (MTQ, SAAQ, FCAR) y ont investit 4,8 millions de dollars. Cette initiative concertée vise les objectifs majeurs suivants : la formation d’équipes et d’expertises multidisciplinaires en sécurité routière et la réalisation de travaux de recherche portant sur les besoins définis par les partenaires. Les équipes retenues de l’Université Laval, de Sherbrooke et de Montréal réalisent 64 projets de recherche regroupés sous 14 thèmes, et près de 80 % des résultats de leurs travaux sont jugés directement utilisables. Ces résultats servent à améliorer les actions en sécurité routière, à définir des orientations et politiques et à préciser des interventions et des façons de faire. La Politique de sécurité dans les transports – volet routier (1995) propose 30 enjeux et 138 pistes d’action, et elle mentionne également des besoins de recherche. Dans ce contexte, le Ministère, la Société de l’assurance automobile du Québec, élaborent un nouveau Programme de recherche universitaire en sécurité routière couvrant les années 1996 à 1999, en appui à l’atteinte de l’objectif visé par la Politique. Ce programme de recherche de 1,8 million de dollars administré par le Fonds FCAR est orienté vers des réponses aux besoins prioritaires qui se manifestent sur le réseau routier et vers une meilleure gestion des interventions en sécurité routière de manière à maximiser les bénéfices des investissements consentis. Vingt-cinq projets de recherche sont réalisés dans le contexte de ce programme. La recherche en sécurité routière évolue actuellement selon une planification de cinq ans (de 1999 à 2004), sous forme d’actions concertées en partenariat avec la Société de l’assurance automobile du Québec et le Fonds québécois de recherche sur la nature et les technologies (anciennement le Fonds FCAR). Elle est soutenue dans ses orientations par la Politique de sécurité dans les transports 2001-2005 et par le plan stratégique du Ministère. Quarante et un projets de recherche sont achevés, et certains sont encore en cours de réalisation dans ce programme. Récemment, les 29 et 30 avril 2003, l’Université Laval , tenait deux journées consacrées à la diffusion des résultats de recherche de ces projets. Le Forum de transfert en sécurité routière, sous le thème « Un savoir à partager », a attiré plus de 215 spécialistes en sécurité routière qui ont pu s’informer et partager leurs connaissances. Cette activité a été un franc succès, et le dossier spécial sur la recherche en sécurité routière au Québec qui vous est proposé dans les pages qui suivent en est le prolongement
innovation_transport_-_la_recherche_quebecoise_en_securite_routiere_-_nov_2003_-_36pg.pdf

Innovation transport - Réduction des collisions avec un lampadaire - nov 2003 - 6pg


L’éclairage complet d’une autoroute, en section continue, abaisse de façon significative le taux d’accidents nocturnes (CIE, 1992; Elvik, 1995). Au Québec, la réduction moyenne du taux d’accidents de l’ensemble des autoroutes est de l’ordre de 33 % (Bruneau et al., 2001). Cette tendance est vérifiable pour le total des accidents et pour les accidents avec dommages matériels seulement, mais la réduction du taux d’accidents corporels n’est pas valide selon la marge d’erreur.
innovation_transport_-_reduction_des_collisions_avec_un_lampadaire_-_nov_2003_-_6pg.pdf

Transports Canada - mesures de reference en securite routiere - mars 2003 - 65pg


La présente étude répertorie les améliorations d’ingénierie de la sécurité routière qui, au cours des 40 dernières années, se sont révélées les plus efficaces à prévenir les collisions sur les réseaux routiers canadien et américain. De plus, elle fait état des recherches relatives aux « gains » réalisés dans le domaine de la sécurité routière grâce à la mise en oeuvre d’améliorations d’ingénierie, en particulier celles qui ont trait à la conception du réseau routier et à la gestion de la circulation. Il est espéré que les conclusions tirées de l’étude contribueront à mieux faire connaître les liens entre un réseau routier bien conçu et le nombre, la fréquence (taux) et la gravité des collisions
transports_canada_-_mesures_de_reference_en_securite_routiere_-_mars_2003_-_65pg.pdf

Transports Canada - Objectifs de sécurité routière pour 2010 - 37pg


C’est en 1996 que le Conseil des ministres responsables des Transports et de la Sécurité routière a adopté pour la première fois une vision nationale en matière de sécurité routière ayant pour objet de doter le Canada des routes les plus sûres au monde, et le plan Vision sécurité routière 2001. • Les initiatives entreprises à l’appui de la Vision (1996-2001) ont permis de faire progresser les objectifs stratégiques du plan, à savoir : sensibiliser le public aux questions relatives à la sécurité routière, améliorer la communication et la collaboration entre les différents organismes voués à la sécurité routière, renforcer les mesures d’application et améliorer la collecte de données et la qualité de l’information sur la sécurité routière. • En 1998, le niveau de sécurité routière du Canada, mesuré en fonction du nombre d’usagers de la route tués par véhicule automobile immatriculé, s’est amélioré de près de 9 % par rapport à 1996, date de l’adoption de la Vision. Au cours de la même période de trois ans, le nombre réel d’usagers de la route tués et grièvement blessés a diminué de 5 % et de 8 %, respectivement, par rapport aux chiffres comparables de 1996. • Bien que le taux de mortalité pour 10 000 véhicules automobiles immatriculés ait enregistré une baisse de 1,79 en 1996 à 1,63 en 1998, le Canada a perdu du terrain, parmi les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), passant du 8e au 9e rang pour 1996 et 1997, du fait que d’autres pays ont réalisé des gains encore plus impressionnants au cours de la même période. • En octobre 2000, le Conseil des ministres responsables des Transports et de la Sécurité routière ont approuvé un nouveau plan, Vision sécurité routière 2010, pour poursuivre à plus long terme les travaux du plan national sur la sécurité routière adopté au départ. • Vision sécurité routière 2010 conserve la Vision et les objectifs stratégiques du premier plan, et y ajoute un objectif national général et des objectifs partiels (dont le suivi sera assuré annuellement et qui seront révisés en 2006, au besoin). • Les objectifs approuvés dans le cadre de Vision sécurité routière 2010 visent à fournir aux intervenants de la sécurité routière des données de référence reposant sur une large assise à partir des principaux indicateurs de sécurité routière, qui permettront de mesurer ensuite l’incidence des mesures d’intervention. • L’objectif national vise une diminution de 30 %, par rapport aux chiffres comparables de 1996-2001, du nombre moyen d’usagers de la route tués ou grièvement blessés au cours de la période 2008-2010. • Les objectifs partiels sont les suivants : • port de la ceinture de sécurité par un minimum de 95 % des occupants de véhicules automobiles et utilisation appropriée des dispositifs de retenue pour enfants par les occupants de tous les véhicules automobiles (Programme canadien sur la protection des occupants 2010); • diminution de 40 % du nombre d’occupants non attachés blessés mortellement ou grièvement (Programme canadien sur la protection des occupants 2010); • diminution de 40 % du pourcentage d’usagers de la route blessés mortellement ou grièvement dans des accidents impliquant un conducteur en état d’ébriété (Stratégie pour réduire la conduite avec facultés affaiblies 2010); • réduction de 20 % du nombre d’usagers de la route tués ou grièvement blessés dans des accidents provoqués par un excès de vitesse ou à des intersections routières; • diminution de 20 % du pourcentage de conducteurs ayant commis trois infractions dangereuses au Code de la route (deux si ces infractions sont liées à la consommation d’alcool) dans un délai de deux ans; • diminution de 20 % du nombre de jeunes conducteurs d’automobile ou de moto dans la tranche d’âge de 16 à 19 ans tués ou grièvement blessés dans des accidents; • diminution de 20 % du nombre d’usagers de la route tués ou grièvement blessés dans des accidents impliquant un véhicule commercial; • diminution de 30 % du nombre de piétons, motocyclistes et cyclistes tués ou grièvement blessés; • diminution de 40 % du nombre d’usagers de la route blessés mortellement ou grièvement sur des routes rurales. • Outre l’adoption d’objectifs quantitatifs, le nouveau plan recommande également l’adoption par les provinces et territoires d’un système d’obtention du permis par étapes, l'utilisation de méthodes policières novatrices mises en place au niveau communautaire, des campagnes d’éducation publique pour promouvoir la sécurité des cyclistes de même que l’amélioration de la saisie et du transfert des données sur les collisions et le risque, et des liaisons entre ces données. • La réalisation de ces objectifs réduirait à moins de 2 100, d’ici à 2010, le nombre de morts sur les routes au Canada.
transports_canada_-_objectifs_de_securite_routiere_pour_2010_-_37pg.pdf

securiteroute_ca.txt · Dernière modification: 2014/07/02 19:53 par admin