Ce site héberge une bibliothèque virtuelle de documents relatif à la pollution lumineuse et les sujets connexes.

Outils pour utilisateurs

Outils du site


securiteroute_be

Différences

Cette page vous affiche les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

Lien vers cette vue comparative

securiteroute_be [2014/07/01 23:25]
admin
securiteroute_be [2014/07/01 23:36] (Version actuelle)
admin
Ligne 198: Ligne 198:
  
 ==== IBSR - etude accidents mortel autoroutes 2008 - 46pg ==== ==== IBSR - etude accidents mortel autoroutes 2008 - 46pg ====
-\\ +\\ L’étude se compose de trois parties. 
 +Dans la première partie, nous vérifions si tous les accidents mortels de la circulation 
 +survenus sur les autoroutes en 2008 sont repris dans les statistiques officielles de 
 +la Direction générale Statistique et Information économique (DGSIE) et si tous les 
 +accidents qui y figurent se sont bien produits sur une autoroute. Afin d’obtenir une 
 +image correcte des accidents mortels de la circulation survenus sur les autoroutes,​ 
 +nous avons dressé une liste de tous les procès-verbaux des accidents mortels en 
 +collaboration avec la police fédérale qui constate en principe tous les accidents se 
 +produisant sur les autoroutes. Ensuite, nous avons demandé aux unités constatatrices 
 +une copie de l’ensemble de ces procès-verbaux. 
 +Le résultat de cette recherche est le suivant : d’une part, il manque 13 accidents 
 +dans les statistiques de la DGSIE et, d’autre part, 9 accidents ne font pas partie des 
 +statistiques des autoroutes. 
 +La deuxième partie traite de la qualité des données saisies dans les statistiques de la 
 +DGSIE. 
 +Nous avons repris dans les statistiques de la DGSIE les accidents mortels qui se sont 
 +réellement produits sur autoroute et les avons comparés aux données apparaissant 
 +dans les procès-verbaux. Il s’agit dès lors de 116 accidents pour lesquels, selon la 
 +DGSIE, 129 personnes ont perdu la vie (120 tués sur place et 9 personnes mortellement 
 +blessées) et 128 selon les données des procès-verbaux (119 tués sur place et 9 
 +personnes mortellement blessées). 
 +Il ressort de la comparaison que les statistiques donnent une image assez fiable 
 +des circonstances des accidents. Il y a un certain nombre d’erreurs à éviter qui 
 +sont vraisemblablement dues au fait que les agents verbalisateurs remplissent 
 +les formulaires de base (le formulaire d’analyse des accidents de la circulation) de 
 +manière nonchalante (par exemple, ne pas enregistrer les blessés graves, mentionner 
 +fautivement le nombre d’usagers impliqués, commettre des erreurs dans le sexe ou 
 +l’âge des personnes concernées). 
 +La troisième partie donne le résultat de l’analyse des accidents mortels qui a été effectuée 
 +sur la base des données provenant des procès-verbaux. Cette analyse présente un 
 +double avantage : premièrement,​ elle n’est pas influencée par les erreurs figurant dans 
 +les données de la DGSIE et deuxièmement,​ plusieurs données intéressantes qui ne 
 +sont pas reprises dans les statistiques de la DGSIE peuvent être étudiées. 
 +Dans cette partie de l’étude, nous avons analysé plusieurs paramètres « classiques 
 +» comme le nombre d’accidents mortels de la circulation (129), le nombre d’usagers 
 +décédés (144), la survenance des accidents dans le temps et l’espace, le type 
 +d’accident,​ l’obstacle,​ les conditions climatiques,​... bref les données qui sont saisies 
 +via le formulaire d’analyse des accidents de la circulation. 
 +Il est intéressant de noter que plusieurs autres circonstances ont pu être analysées ou 
 +étudiées de manière plus détaillée. 
 +Ainsi, nous avons pu vérifier combien de conducteurs qui avaient été soumis à une 
 +analyse de l’alcool ou à un prélèvement sanguin étaient positifs et si ces personnes 
 +étaient responsables de l’accident. Etant donné que nous connaissions le numéro 
 +du procès-verbal et l’identité de ces personnes, nous avons également pu obtenir la 
 +valeur mesurée de l’intoxication alcoolique auprès de la police (résultats des analyses 
 +de l’haleine) ou auprès des parquets (résultats des prélèvements sanguins). Le résultat 
 +est stupéfiant : sur les 24 conducteurs contrôlés positifs, 21 avaient une certaine 
 +responsabilité dans l’accident (accidents impliquant un seul usager, heurter par l’arrière 
 +le véhicule devant, mauvaise manoeuvre, tomber endormi et vitesse excessive). 
 +Les données qui ont pu être réunies sur le port de la ceinture sont également parlantes. 
 +Pour seulement 55% des conducteurs et passagers qui devaient porter la ceinture, 
 +nous sommes parvenus à déterminer s’ils portaient ou non la ceinture ou non. 35% 
 +d’entre eux portaient la ceinture. Etant donné que le pourcentage mesuré du port de 
 +la ceinture sur autoroute s’élève à plus de 85%, nous pouvons supposer qu’un port de 
 +la ceinture plus élevé par les personnes concernées dans les accidents mortels aurait 
 +pu causer moins de décès. 
 +L’étude des procès-verbaux nous a permis d’effectuer d’autres constatations : 2 
 +accidents sont clairement des suicides, 4 accidents ont été causés par un conducteur 
 +fantôme, deux accidents ont été causés par une personne qui a été victime d’une crise 
 +cardiaque, un expert est descendu sur place dans environ la moitié des accidents 
 +mortels, 20 conducteurs n’avaient pas/ n’ont pas pu présenter de permis de conduire 
 +valable, 19 conducteurs n’avaient pas/ n’ont pas pu présenter d’assurance valable, 23 
 +conducteurs n’avaient pas/ n’ont pas pu présenter de certificat de contrôle technique. 
 +En outre, nous avons également essayé de subdiviser les accidents selon l’acte ou 
 +l’événement ayant donné directement lieu à l’accident. 
 +Pour terminer l’étude, nous avons formulé plusieurs recommandations opérationnelles 
 +et infrastructurelles ainsi que des recommandations concernant un examen plus 
 +détaillé.
 \\ {{:​pollution_lumineuse:​ibsr_-_etude_accidents_mortel_autoroutes_2008_-_46pg.pdf|}} \\ {{:​pollution_lumineuse:​ibsr_-_etude_accidents_mortel_autoroutes_2008_-_46pg.pdf|}}
  
-IBSR - Presentation - Securite routiere en Belgique - 72pg +==== IBSR - Presentation - Securite routiere en Belgique - 72pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​ibsr_-_presentation_-_securite_routiere_en_belgique_-_72pg.pdf|}}+\\ Pour aborder l’insécurité routière de manière 
 +systématique,​ il faut considérer l’accident de la route 
 +comme la défaillance d’un système complexe où d’un 
 +concours indésirable de circonstances et d’événements 
 +provoquant dommage et lésions. 
 +Différents facteurs caractérisent l’accident : l’individu en 
 +tant qu’usager de la route (savoir, pouvoir, vouloir, faire), 
 +le véhicule, la route et son environnement,​ les diverses 
 +conditions de trafic (composition du trafic, conditions 
 +atmosphériques,​ etc.). C’est surtout l’interaction de ces 
 +éléments qui joue un rôle majeur. 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​ibsr_-_presentation_-_securite_routiere_en_belgique_-_72pg.pdf|}}
  
-IBSR - rapport annee Sécurité Routière 2000 - 108pg +==== IBSR - rapport annee Sécurité Routière 2000 - 108pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​ibsr_-_rapport_annee_securite_routiere_2000_-_108pg.pdf|}}+\\ L'​Institut Belge pour la Sécurité Routière suit en permanence 
 +l'​évolution des chiffres d'​accidents et analyse les 
 +données statistiques. Les tableaux et graphiques qui ont 
 +été réalisés permettent de mieux circonscrire le phénomène 
 +de l'​insécurité routière et de mieux orienter les 
 +actions à entreprendre (exemples: évolution des accidents,​ 
 +nature des usagers de la route impliqués en fonction 
 +de l'​âge,​ nature de la route, en ou hors agglomération,​ 
 +de jour/de nuit, type d'​accident,​...) 
 +L'INS (Institut National de Statistique) envoie chaque 
 +année des listings d'​accidents aux communes. Ces listings, 
 +qui donnent pour chaque accident corporel une 
 +courte description et une localisation précise, sont par 
 +conséquent des instruments utiles pour l'​orientation de 
 +la politique routière, pour les gestionnaires de la voirie 
 +et les services de police. 
 +Les tableaux de ce chapitre ont été réalisés par l'​Institut 
 +Belge pour la Sécurité Routière sur base de la banque de 
 +données fournie par l'​Institut National de Statistique (accidents 
 +constatés par la police et la gendarmerie). 
 +La statistique des accidents de circulation routière est 
 +dressée à l'aide d'un formulaire rempli par la gendarmerie 
 +ou la police communale pour chaque accident ayant 
 +causé des dommages corporels. Les accidents n'​ayant 
 +occasionné que des dégâts matériels ne sont plus repris 
 +dans la statistique depuis 1973, tandis que les collisions 
 +sur des terrains privés n'y ont jamais été reprises. 
 +Un nouveau formulaire d'​enregistrement des accidents 
 +est utilisé depuis le 1er juillet 1990. 
 +Pour établir les tableaux statistiques,​ on s'​est 
 +basé sur les définitions suivantes : 
 +Accident : 
 +Un accident entre plus de deux véhicules est considéré 
 +comme un seul accident. Un véhicule au moins doit être 
 +impliqué pour que l'​événement soit qualifié d'"​accident 
 +de la circulation"​. 
 +Nature de l'​accident:​ 
 +La nature de l'​accident ne concerne que la première collision 
 +(par ex. une voiture heurte une autre voiture puis 
 +un arbre: il s'agit ici d'une collision entre deux usagers 
 +de la route). 
 +Tué : 
 +Toute personne impliquée dans un accident de roulage, 
 +tuée sur le coup ou décédée avant son admission à l'​hôpital. 
 +Mortellement blessé: 
 +Toute personne qui décède des suites d'un accident 
 +dans les 30 jours suivant la date de l'​accident,​ mais qui 
 +n'est pas décédée sur place ou avant son admission à 
 +l'​hôpital. 
 +Décédés 30 jours: 
 +Tués + mortellement blessés. 
 +Blessé grave: 
 +Toute personne blessée dans un accident de roulage 
 +dont l'​état nécessite l'​hospitalisation pour une durée 
 +supérieure à 24 heures. 
 +Blessé léger: 
 +Toute personne blessée dans un accident de roulage 
 +pour laquelle la définition de mortellement ou gravement 
 +blessé n'est pas d'​application. 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​ibsr_-_rapport_annee_securite_routiere_2000_-_108pg.pdf|}}
  
-IBSR - statistiques des accidents de la route 2011 - 43 pg +==== IBSR - statistiques des accidents de la route 2011 - 43 pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​ibsr_-_statistiques_des_accidents_de_la_route_2011_-_43_pg.pdf|}}+\\ Evolution 
 +1.1.1 Chiffres-clés 2011 
 +L’insécurité sur les routes belges s’est traduite en 2011 par la survenue de 47 924 accidents 
 +corporels. Ces accidents ont conduit au décès de 858 personnes (soit plus de 
 +2 décès par jour), ont grièvement blessé 6 164 usagers et en ont légèrement blessé 
 +56 639. Déjà élevés, ces chiffres ne représentent pourtant qu’une partie de la réalité 
 +car tous les accidents et toutes les victimes ne sont pas enregistrés : on estime qu’un 
 +dixième des tués, la moitié des blessés graves et deux tiers des blessés légers sont 
 +absents des statistiques. 
 +1.1.2 Evolution par rapport à 2010 
 +Après une année 2010 particulièrement bonne en termes de sécurité routière, l’année 
 +2011 présente des résultats bien moins favorables, avec une reprise à la hausse de 
 +tous les indicateurs : +2,0% de tués sur les routes par rapport à 2010 (soit 17 tués 
 +de plus), +3,0% de blessés graves (+182), +4,2% de blessés légers (+2 258) et +4,4% 
 +d’accidents corporels (+2 006). Même si elle n’est pas partagée par l’ensemble des 
 +pays européens, une telle hausse touche également nos voisins directs (+4% de tués 
 +aux Pays-Bas, +9% en Allemagne, +6% au Royaume-Unis et +13% au Luxembourg 
 +(CARE - Commission européenne DG Mobilité et Transports)). 
 +Il faut remonter jusqu’en 2001 pour retrouver la dernière hausse en date du nombre de 
 +tués. L’année 2011 est donc en rupture avec une décennie de décroissance du nombre 
 +de tués. Ce retour à la hausse semble néanmoins être davantage le contrecoup des 
 +excellents résultats de l’année 2010 (résultats dus à un hiver particulièrement neigeux, 
 +favorable à une diminution des accidents les plus graves) qu’une véritable dégradation 
 +de la situation. L’évolution du nombre de tués entre 2009 et 2011 va dans le sens de 
 +cette hypothèse : il passe de 943 à 858, soit une diminution de 9,0%. Il en est de même 
 +pour le nombre de blessés graves qui s’est réduit de -7,3%. 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​ibsr_-_statistiques_des_accidents_de_la_route_2011_-_43_pg.pdf|}}
  
-Plan intercommunal securite routiere region de Gembloux - fev 2003 - 16pg +==== Plan intercommunal securite routiere region de Gembloux - fev 2003 - 16pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​plan_intercommunal_securite_routiere_region_de_gembloux_-_fev_2003_-_16pg.pdf|}}+\\ Le diagnostic de sécurité routière a été établi à partir des données de 
 +la base MOSTAR du MET qui traite des accidents corporels. La 
 +période étudiée s’étend de 1995 à 2000, soit sur 6 années. Des 
 +comparaisons à l’échelon régional et national ont été effectuées à 
 +partir des statistiques annuelles des accidents éditées par l'​Institut 
 +Belge pour la Sécurité Routière. Le diagnostic concerne l’ensemble 
 +des voiries de la zone d’étude y compris les autoroutes A4(E411) et 
 +A15(E42). 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​plan_intercommunal_securite_routiere_region_de_gembloux_-_fev_2003_-_16pg.pdf|}}
  
-Police - InfoDoc sécurité routière - Sept 2004 - 8pg +==== Police - InfoDoc sécurité routière - Sept 2004 - 8pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​police_-_infodoc_securite_routiere_-_sept_2004_-_8pg.pdf|}}+\\ En matière de sécurité routière, l’objectif du gouvernement est de 
 +réduire le nombres de victimes de la circulation d’au moins 33 % 
 +d’ici 2006 et de 50 % d’ici 2010. 
 +En conséquence,​ l’objectif stratégique de la police fédérale repris 
 +au plan national de sécurité 2004-2007 s’énonce comme suit : 
 +“Contribuer à l’objectif du gouvernement en augmentant considérablement 
 +pour 2007 le risque d’être intercepté sur les (auto)routes par 
 +rapport à 2002.” 
 +Il s’agit, en fait, de la poursuite d’un travail entamé le 1e octobre 
 +2002, lorsque la police fédérale a lancé un plan d’action contre 
 +l’insécurité routière, une priorité des autorités politiques. 
 +Comment? En contribuant,​ de manière substantielle,​ à la diminution 
 +sur autoroutes du nombre d’accidents de la route avec lésions corporelles 
 +par : 
 +• une meilleure connaissance du phénomène ; 
 +• une augmentation de la visibilité des unités provinciales de la 
 +police de la route (WPR), et donc du risque subjectif d’être pris ; 
 +• une augmentation du nombre de contrôles dans des domaines spécifiques 
 +de façon à augmenter le risque objectif et subjectif d’être 
 +pris ; 
 +• la fourniture d’un appui spécialisé à la police locale. 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​police_-_infodoc_securite_routiere_-_sept_2004_-_8pg.pdf|}}
  
-Police Federale - securiser nos routes - 2pg +==== Police Federale - securiser nos routes - 2pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​police_federale_-_securiser_nos_routes_-_2pg.pdf|}}+\\ BRUXELLES. – Sur demande du 
 +ministre de l’Intérieur,​ Antoine 
 +Duquesne, un plan d’action "​sécurité 
 +routière"​ a démarré depuis le 
 +1er octobre 2002 et durera jusqu’au 
 +mois de septembre 2006. 
 +"Cette décision fut prise",​ 
 +explique Paul Deblaere, chef de 
 +service de la police de la circulation,​ 
 +"suite à une analyse, effectuée 
 +sur le territoire de 
 +compétence de la police fédérale 
 +(les autoroutes),​ des phénomènes 
 +d’insécurité durant l’année 2001. 
 +Il en ressort que 87% des accidents 
 +avec lésions corporelles 
 +sont liés à la vitesse (inadaptée 
 +ou excessive), 8% de ces mêmes 
 +accidents sont liés à la conduite 
 +sous influence d’alcool et 27% 
 +impliquent des poids lourds."​ 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​police_federale_-_securiser_nos_routes_-_2pg.pdf|}}
  
-Dialogue 28 - éclairage sur le reseau ​ auto-routier régional - dec 2005 - 3pg +==== Dialogue 28 - éclairage sur le reseau ​ auto-routier régional - dec 2005 - 3pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​dialogue_28_-_eclairage_sur_le_reseau_auto-routier_regional_-_dec_2005_-_3pg.pdf|}}+\\ La Wallonie, comme la Belgique, de manière générale, est 
 +réputée pour l’éclairage de ses autoroutes. Toutefois, à une 
 +époque où sécurité routière, économie d’énergie et réduction 
 +des dépenses publiques constituent des priorités, certaines 
 +options doivent être prises. 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​dialogue_28_-_eclairage_sur_le_reseau_auto-routier_regional_-_dec_2005_-_3pg.pdf|}}
  
-Parlement Wallon - commission - Collignon-Fassiaux Looten-Stoffels - Resolution eclairage routier - 3pg +==== Parlement Wallon - commission - Collignon-Fassiaux Looten-Stoffels - Resolution eclairage routier - 3pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​parlement_wallon_-_commission_-_collignon-fassiaux_looten-stoffels_-_resolution_eclairage_routier_-_3pg.pdf|}}+\\ Une politique cohérente de Développement durable, ce ne sont pas que des mots et des 
 +discours. Cela doit se transposer dans la législation de notre Région. Une politique de 
 +Développement Durable, c’est une politique qui arrive à trouver un équilibre entre les piliers 
 +économiques,​ sociaux et environnementaux. Cet équilibre, nous ne l’atteindrons qu’en 
 +agissant de manière transversale sur l’ensemble des politiques wallonnes. C’est ainsi que si on 
 +veut réduire l’empreinte écologique de notre Région, nous ne devons pas travailler que sur les 
 +politiques environnementales à proprement parler mais bien sur l’ensemble des politiques 
 +wallonnes. 
 +L’éclairage des voiries est une spécialité belge. 
 +Mais est-ce que cette spécialité a encore un sens à l’heure où la planète dans son ensemble 
 +doit lutter contre les émissions de gaz à effets de serre ? 
 +Est-ce que cette spécialité a encore un sens dans la mesure où les pouvoirs publics demandent 
 +aux citoyens de réduire leur consommation d’énergie ? 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​parlement_wallon_-_commission_-_collignon-fassiaux_looten-stoffels_-_resolution_eclairage_routier_-_3pg.pdf|}}
  
-routes.wallonie.be - entrez dans lumiere - janv 2006 - 2 pg +==== routes.wallonie.be - entrez dans lumiere - janv 2006 - 2 pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​routes.wallonie.be_-_entrez_dans_lumiere_-_janv_2006_-_2_pg.pdf|}}+\\ La Wallonie, comme la Belgique, de manière générale, est réputée 
 +pour l’éclairage de ses autoroutes. Toutefois, à une époque où 
 +sécurité routière, économie d’énergie et réduction des dépenses 
 +publiques constituent des priorités, certaines options doivent être 
 +prises. Sécurité : telle est bien la première motivation qui préside à la décision d’éclairer une route ou une 
 +autoroute. Il paraît, en effet, évident que lorsque les obstacles sont bien visibles, le conducteur peut 
 +anticiper plus aisément, ce qui diminue dès lors le risque d’accident. Toutefois, ce n’est pas si simple ! 
 +L’éclairage routier peut aussi avoir des effets pervers. Il peut, par exemple, procurer un sentiment de 
 +confiance excessive chez certains usagers et les amener à relâcher leur attention par rapport aux dangers 
 +potentiels que représente la conduite de nuit. En réalité, il convient de s’interroger sur la rentabilité de 
 +l’éclairage en termes de sécurité routière. La diminution du nombre et de la gravité des accidents est-elle 
 +en rapport avec les coûts générés par l’installation l’entretien et le fonctionnement?​ 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​routes.wallonie.be_-_entrez_dans_lumiere_-_janv_2006_-_2_pg.pdf|}}
  
-routes.wallonie.be - Reseau routier belge 2004 - 3pg +==== routes.wallonie.be - Reseau routier belge 2004 - 3pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​routes.wallonie.be_-_reseau_routier_belge_2004_-_3pg.pdf|}}+\\ Située au coeur de l'​Europe,​ la Région wallonne 
 +dispose d’un réseau routier très dense, qui permet 
 +de drainer d’importants flux commerciaux mais 
 +aussi culturels et humains. 
 +Ses autoroutes sont reprises dans le Réseau 
 +TransEuropéen de Transport (RTE-T), qui doit offrir 
 +aux citoyens européens 70.000 km d’infrastructures 
 +aménagées pour un trafic important. 
 +La gestion du réseau régional est de la compétence 
 +de la Direction générale opérationnelle Routes et 
 +Bâtiments. A un niveau plus local, les provinces et 
 +les communes disposent également de leurs propres 
 +réseaux routiers. 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​routes.wallonie.be_-_reseau_routier_belge_2004_-_3pg.pdf|}}
  
-RW - Evolution de la Sécurité routière 2000-2006 en Région Wallonne - 54pg +==== RW - Evolution de la Sécurité routière 2000-2006 en Région Wallonne - 54pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​rw_-_evolution_de_la_securite_routiere_2000-2006_en_region_wallonne_-_54pg.pdf|}}+\\ Accidents corporels de la circulation en Région 
 +Wallonne1 
 +En 2006, plus de 13 600 accidents corporels ont été enregistrés en Région Wallonne. Ces 13 600 
 +accidents ont occasionné près de 19 000 victimes, c’est-à-dire plus de 52 victimes par jour. Parmi 
 +elles, nous retrouvons une grande partie de blessés légers (85,6%), des blessés graves (11,7%) mais 
 +aussi des personnes qui sont décédées (2,7%). En 2002, les Etats Généraux de la Sécurité Routière 
 +ont fixé comme objectifs principaux la diminution de 33% des tués 30 jours et blessés graves pour 
 +2006, et de 50 % pour 2010 par rapport à la moyenne des années 1998, 1999 et 2000. Gardant cette 
 +moyenne comme référence tout au long du rapport, nous verrons que nous évoluons très lentement 
 +dans la bonne direction et que des efforts importants devront être fournis si nous voulons atteindre les 
 +objectifs fixés. 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​rw_-_evolution_de_la_securite_routiere_2000-2006_en_region_wallonne_-_54pg.pdf|}}
  
-RW - Evolution des comportements et attitudes 2000-2006 - 28pg +==== RW - Evolution des comportements et attitudes 2000-2006 - 28pg ==== 
-{{:​pollution_lumineuse:​rw_-_evolution_des_comportements_et_attitudes_2000-2006_-_28pg.pdf|}}+\\ A la demande de la Commission Fédérale pour la Sécurité Routière, l’IBSR organise depuis 2003 des 
 +mesures de comportement et d’attitude relatives aux trois plus importants thèmes en matière de 
 +sécurité routière : la conduite sous influence d’alcool, de drogue illicite ou de médicament,​ la vitesse 
 +excessive ou inadaptée et le non-port de la ceinture de sécurité. Concrètement,​ ces mesures se 
 +traduisent chaque année par des comptages du port de la ceinture et des contrôles de la vitesse, et 
 +tous les deux ans, par une étude de la conduite sous influence d’alcool en collaboration avec les 
 +services de police. 
 +L’IBSR n’a pas pour seule visée de mesurer l’évolution des comportements des usagers de la route, il 
 +tente aussi d’influencer ces comportements via la sensibilisation. L’opinion et les attitudes des usagers 
 +à propos de la sécurité routière et, de manière plus précise, des accidents de la route, des contrôles 
 +routiers, de la politique menée en la matière… représente un facteur déterminant du comportement. Il 
 +est donc primordial d’évaluer l’évolution de ces opinions et connaissances. A cet effet, l’IBSR organise 
 +tous les trois ans des mesures d’attitudes auprès des conducteurs. 
 +\\ {{:​pollution_lumineuse:​rw_-_evolution_des_comportements_et_attitudes_2000-2006_-_28pg.pdf|}}
  
 <​HTML>​ <​HTML>​
securiteroute_be.txt · Dernière modification: 2014/07/01 23:36 par admin